jeudi 28 mai 2009

Coquins et copines

Nos capacités d'absorption sont limitées, hélas. Dans le flot de l'actualité, on a parfois du mal à prendre le recul nécessaire, à transformer son indignation en réflexion, sa réflexion en action, son action en révolution.

Deux articles à lire en ce moment, parmi bien d'autres.

- L'interview de Julien Coupat dans le Monde, lundi je crois. On n'est pas obligé de le suivre, intellectuellement parlant, dans ses raisonnements, encore moins dans ses positions politiques. Mais cinglant dans sa critique, avec un sens de la formule assez étonnant, dans un ensemble quand même noyé de flon-flon ultra-gauchisant.
Il ne cherche pas à "clamer son innocence", non, il utilise sa détention : le système, "qui range les gens en 3 groupes : les amis, les ennemis, et les quantités négligeables", se détruit lui-même par son arbitraire, son instrumentalisation de la Justice. La répression mène à la Révolution, en somme.
Résultat : 3 jours après, le parquet annonce qu'il ne s'oppose plus à sa libération.
Je me demande vraiment qui, à la Chancellerie ou à la maison Poulaga, a réussi à convaincre l'autre que le raisonnement se tenait et qu'il était temps de faire machine arrière. Au moment même où on nous refait le coup de l'insécurité pour des raisons électorales, c'est quand même très bizarre, tout ça.

- l'interview d'Axel Kahn dans Télérama (de la semaine dernière, pour parler comme les parisiens). Le généticien, de gauche, que Sarkozy débaucha et nomma Président de Paris-V-Descartes, parce qu'il était d'accord pour faire "l'autonomie" des Universités. Il raconte la crise actuelle, comme il l'a vécue. Gentiment, il explique (ce que vous saviez déjà, fidèles lecteurs) qui si le principe de la réforme était bonne, elle a été si mal préparée et mise en oeuvre qu'elle n'a plus grand sens.
Mais surtout, il avait prévenu que le décret, appelé "punition pédagogique", ne passerait pas. Moyennant quoi, Sarkozy a tenu un discours proprement injurieux contre les chercheurs -ils ne lui pardonneront jamais- , mais il a cru bon de dire que "Axel Kahn le soutenait sur ce coup", ce qu'il a dû démentir publiquement, et ce qu'il ne lui pardonnera jamais. Sarkozy : un vrai gâte-sauces.
Mme Pécresse a depuis réécrit son décret, il est vide, sans signification, mais c'est sans importance, ce n'est plus le problème.
Voila pourquoi vos enfants n'auront pas de diplômes, ou alors juste un papier.
Instructif...

A part ça, vous aurez appris que M et Mme Tibéri ont été condamnés à des amendes, de la prison avec sursis, 3 ans d'inéligibilité, pour des faits constatés en 95 et 97. Ils vont faire appel, se pourvoir en cassation. Il faudra donc 20 ans pour que ces faisans soient enfin punis. Pendant ce temps-là, M Tibéri continue d'administrer le Vème arrondissement, et de nous représenter au Parlement. Quand un pays, et surtout un parti dit "majoritaire", ne sait pas faire le ménage en amont en retirant du circuit ses pourris, c'est la démocratie qu'il offense. Parfois, elle ne s'en remet pas.

Voila pour les coquins. Pour les copines, ouais, c'est trop fort, j'en peux plus, je kiffe! Martine et Ségo, Ségo et Martine, elles sont copines. Super trop! "oué grave, c t tro ouf " hier à Nantes (comme dit un de mes neveux sur FaceBook). Copines comme Carla et Rachida, c'est dire!

Quant à notre Bush à nous, je vous en reparlerai : il a dépassé les bornes, et ses conneries sont donc maintenant sans limite. Que faire?

8 commentaires:

souklaye.sylvain a dit…

tiberi history x

Où est passé notre insouciance politique ?

C’était encore hier, lorsque la mairie de Paris sentait bon ce parfum de blockbuster, entre braquage familial et démocratie ésotérique.
Les couleuvres avaient le goût du sucre et les détournements de fonds étaient caritatifs.
Nous avons perdu la magie du gangstérisme en col blanc et la mythomanie des grenouilles de bénitier au profit d’une droiture condamnée à la scoliose exécutive et à faire le dos rond les soirs d’élection.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/02/notice-avant-utilisation-–-post-show-business/

O'Maha Biche (de saison !!) a dit…

Je te vois S..., je te vois !
Ah on sonne à la porte.... !!!

Boum boum boum boum ! (air connu en 1944) a dit…

Alors ...le fil rouge sur le bouton rouge...le fil vert...sur le bouton vert...

François a dit…

Pas besoin de conseil : mon prof de chimie m'a tout appris. Il disait : "il y a dans ce pot de quoi faire sauter toute le ville. L'expérience est interdite pat l'Education Nationale, mais nous, on dépend de la Défense!"
Hélas, la ville n'a pas brûlée...

Boum boum boum boum a dit…

François : ou est le pot ?

boum badaboum comme dirait Bebel a dit…

Moi je ne sais pas mais , je crois que ce prof a du être embauché chez SFPE à Toulouse.Zone d'essais avant application à Paris ! mais il est plus la pour témoigner je pense

François a dit…

Qu'importe le pot, pourvu que je sache ce qu'il y avait dedans!
Mais je ne dirai rien!

Slobo a dit…

Tous pourris!