dimanche 3 mai 2015

Orléans libérée, mais Orléans martyrisée....

Depuis 2001, Serge Grouard est maire d'Orléans. Es qualités, il a le privilège de choisir la "personnalité" qui doit présider les fêtes johanniques, et notamment prononcer le panégyrique de Jeanne. 

Son et ses prédécesseurs choisissaient des personnes de marque : Mme Geneviève de Gaulle- Anthonioz, Mme Régine Pernoud, des gens comme ça, qui savaient qui étaient Jeanne et quelles valeurs elle portait vraiment.

En 1979, en 1982 et en 1996, les présidents de la République ont daigné recevoir cet honneur.  

Elu en 2001, notre Serge Grouard continue sur la lancée traditionnelle.
2002 : Mme Claudie Haigneré (rien à dire)
2003 : Mme Bernadette Chirac (déjà, je critique un peu)
2004 : Christian Poncelet (bon, c'est encore républicain, et puis on n'est pas député toujours, faut penser au Sénat)
2005 : Jean-Louis Debré, le filleul (spirituel) du Grand Jacques, alors président de l'Assemblée nationale. Ça pouvait se concevoir
2006 : Michèle Alliot-Marie, ministresse de la Défense. A vos rangs, fixe.

En 2007, année électorale, il fallait quelqu'un de "neutre" : ce sera Mme Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie Française, slavophile et soviétologue renommée.

En 2008, la tradition aurait voulu que ce soit le nouveau Président. Mais j'ai déjà raconté ici comment il n’en avait rien à faire, Fillon non plus, et que c'est Mme Dati qui s'y colla. 

M le Maire comprit vite la quintessence du nouveau pouvoir, cela allant de pair avec sa surenchère à droite, copiant le FN pour essayer de lui piquer ses voix, sans autre effet que de perdre son âme.

En 2009 : Denis Tillinac! Joli coup! Il y en a même qui croient que c'est un intellectuel, spécialiste de la Traite des Noirs. En fait, il est chroniqueur à Valeurs actuelles.

En 2010 : David Douillet! Bingo : encore des pièces jaunes!

En 2011 : PPDA, oui Patrick Poivre d'Arvor, le très médiatique conférencier d'Aristophil

En 2012 : année électorale : prudence : les invités sont les anciens maires d'Orléans. Gentil...

En 2013 : plus besoin de se gêner, les copains de droite sont dans l'opposition, et pas question de donner une tribune à la Gauche. En plus, Serge est très pro-anti-mariage pour tous, sans être anti-pro-mariage pour personne. 

Alors on prend un militaire. Comment être contre? Et en plus, il dira ce qu'on lui dira de dire, c'est l'avantage d'un militaire : M le Général Bertrand Ract-Madoux. Les résultats furent mitigés.

En 2014, on franchit le pas : ces cons veulent du pipeule, ils en auront : Stéphane Bern!

En 2015 : on continue. Je vous le donne en cent, je vous le donne en mille : Mme Audrey Pulvar! Non pas parce qu'elle n'est plus avec Montebourg, mais parce qu'elle fait le journal de D8, la petite chaîne qui devient grosse. Roselyne Bachelot ne devait pas être libre.

Jeanne, au secours!



Aucun commentaire: